Bonjour, Je vous souhaite d'agréables errances...

*choisir les onglets à gauche

En mars 2003, un ami m’a prêté un livre  "Le prince foudroyé"
À cette époque je peignais des villes, des gares, des ports, des intérieurs…
 

Je puisais ma créativité dans un puits que j’imaginais sans fond
reliée par un fil doré car tout mon environnement était une source d’inspiration.

 Dans ce livre, un extrait fit résonance


"Que la vie d’un peintre s’écrit à coups de sabre en cultivant l’Art de rompre sans cesse avec son propre style "
Nicolas de Staël, rencontre printemps 1942 avec Alberto Magnelli
 

Ne soyez pas surpris(e), j’ai pris ce chemin.

 

 

Angélique